Le concept de la Smart City

Né dans les années 2000, le concept de « smart city » suscite un intérêt grandissant sur le plan international.

Si la définition de cette « ville intelligente » ou « ingénieuse » évolue au fil des années, elle recouvre globalement, aujourd’hui, l’idée d’une ville qui s’inscrit dans une démarche d’innovation, au service de la qualité de vie de ses habitants et usagers, et visant à optimiser et développer durablement l’ensemble des facettes de la zone urbaine et de ses ressources.
Dans cette vision d’écosystème urbain en devenir, la dimension technologique de l’innovation joue un rôle de premier plan. Surveillance de la qualité de l’air, cartographie du bruit, gestion de l’énergie, systèmes de surveillance, de protection ou de maintenance préventive, véhicules autonomes, etc. : tirées par l’usage, les applications de la « smart city » se présentent ainsi sous d’innombrables formes et les données, de leur captation à leur analyse et leur exploitation, en passant par leur croisement et leur partage, se retrouvent au cœur des systèmes.
Vouloir rendre la ville plus intelligente n’est pas, au fond, un concept nouveau. Mais ce qui accélère aujourd’hui la démarche et ouvre de nouveaux champs d’expérimentation et d’action, ce sont bien les technologies digitales et les capteurs spécialisés de nouvelle génération (récepteurs GNSS, centrales inertielles, lidar 3D…).
La « ville intelligente » met ainsi en lien l’ensemble de ses composantes – organisation, économie, ressources, environnement, mobilité, habitat, etc. – pour mieux les gérer et en améliorer les services rendus à la collectivité. Un sujet phare en pleine effervescence, et une vision de la « smart city » loin d’être figée, tant elle questionne, très largement, sur le futur de la ville et de ses citoyens. Et ce dans un contexte d’urbanisation croissante de la planète, où, selon les prévisions, 70% des habitants vivront en ville en 2040.