Long de 740 m, le canal Saint-Félix à Nantes est un tunnel fluvial reliant l’Erdre à la Loire. Sa voûte en béton empêche toute réception de signaux satellitaires : un milieu confiné idéal pour vérifier la faisabilité d’un levé mixte couplant sondeur multifaisceaux (sonar Sonic 2024) et Lidar (laser 3D Merlin)…

 

Présentés lors des dernières Journées Techniques de l’AFHy (Association Francophone d’Hydrographie) en septembre dernier, les résultats de ce test sont plus que convaincants.
Les nuages de points issus des levés sous et au-dessus de l’eau étaient géo-positionnés grâce à une station totale (Trimble SPS 930) et une centrale d’attitude gyrocompas (Octans IV) embarqués et à un récepteur GNSS en RTK à terre. Au cœur du système, le logiciel QINSy rassemblait les données : acquisition et datation des capteurs, traitement en temps réel des 2 sources de positionnement, génération en temps réel du nuage de points issus, sous l’eau, du sondeur, et au-dessus de l’eau, du Lidar.

Comparée à d’autres chaînes de mesure expérimentées par Cadden en milieux confinés similaires pour des levés centimétriques mixtes (sur et sous l’eau en même temps), celle-ci présente l’intérêt, pour un coût moindre, de limiter au maximum les zones d’ombre et d’être compatible avec une embarcation légère.